Échos de septembre 2013

  • On croise Queneau père et fils dans la Correspondance, 1946-1964  de Gaston Chaissac et Jean Dubuffet, édition établie, présentée et annotée par Dominique Brunet et Josette-Yolande Rasle, coll. Les Cahiers de la NRF, Gallimard.
  • On retrouve les deux mêmes dans Notes d’un oisif de Alcide Mara (Bibliothèque optimatiques n° 4), publié par le Collège de ‘Pataphysique.
  • Ce même Collège vient de sortir une coupure de la valeur de π triplezons à l’effigie de Raymond Queneau avec cette citation extraite de Zazie dans le métro : « Le fric. Ce produit mellifluent, sapide et polygène s’évapore avec la plus grande facilité ».

  • Pour en savoir plus sur le possible plagiaire par anticipation des Morales élémentaires, on lira Jason Murphy de Paul Fournel (P.O.L.)
  • Ding, dong! : facéties littéraires : 97 clins d’oeil à Raymond Queneau de Robert Soulières est annoncé pour le 7 octobre chez Soulières éditeur qui présente ainsi l’ouvrage : « Humour et versatilité, sont au rendez-vous ! Des personnages variés et colorés. Le roman est un clin d’oeil amusant à Exercices de style de Raymond Queneau. Pour le faire découvrir ? Un genre inexploité dans la collection Graffiti. À la fin, les lecteurs sont invités à participer à un concours d’écriture » avant d’en proposer le résumé suivant : « Pour réaliser un projet de voyage à New York avec leur classe, les élèves doivent vendre des tablettes de chocolat. La personnalité des vendeurs et des acheteurs réserve des surprises et du plaisir. 98 textes variés qui pastichent les fables de La Fontaine, La petite fille aux allumettes d’Andersen, Le petit chaperon rouge de Perrault etc. Soulières s’est aussi imposé des contraintes telles que : le temps des verbes, l’acrostiche et le lipogramme. La ruse, le savoir-faire, la naïveté ou la fermeté des jeunes et des adultes, personne n’est épargné. 98 façons de vendre, 98 façons d’acheter ou non. » Il y aurait donc un texte qui ne serait pas un clin d’œil à Queneau…