Échos d’avril 2013

  • Il est question de Queneau dans la Correspondance Michel Leiris / Jacques Baron (Joseph K.) établie par Patrice Allain et Gabriel Parnet. Si Queneau est peu nommé par les deux correspondants, il est en revanche davantage convoqué dans les notes.
  • Queneau est aussi présent dans Le Cas du Maltais persévérant, recueil d’articles d’Harry Mathews (P.O.L.). On trouvera notamment  « Charity bien ordonnée commence par soi-même », article consacré à Loin de Rueil, initialement paru dans la Review of Contemporary Fiction  en 1997 et traduit par Laurence Kiefé.
  • Je voudrais tant que tu te souviennes : poèmes mis en chansons de Rutebeuf à Boris Vian, présentation et choix de Sophie Nauleau (Gallimard, coll. Poésie) comporte trois poèmes de Raymond Queneau : « Ballade en proverbes du vieux temps », « Tant de sueur humaine », et « Si tu t’imagines ».